Le Chifoumi

Le « Hifoumi » – connu aussi sous le nom de « pierre-feuille-ciseaux» – est bien sûr le jeu du CHIFOUMI. Qui n’a pas un jour parié sa vie sur ce célèbre jeu ? Combien de versions sont apparues au fil du temps ? Qui est l’inventeur de ce jeu aussi simple mais tellement addictif ? Est-ce vraiment le fruit du hasard, ou bien se cache-t-il une véritable stratégie ? Pour tout savoir et tout connaitre du CHIFOUMI, rendez-vous sur gofio.fr (ah oui vous y êtes déjà ! alors rendez-vous ci-dessous)

La p’tite histoire du Chifoumi:

Le célèbre Chifoumi est apparu en Chine, et c’est grâce au Japon qu’il fut introduit en Occident. La véritable et unique version de ce jeu est celle d’une main qui doit représenter la feuille, le ciseau ou la pierre, par l’intermédiaire du mouvement donné à nos doigts.

Règles d’or :

Objectif :

Vaincre son adversaire ! Bon ok c’est dans tous les jeux pareil…

Comment jouer une partie :

Pour jouer au Chifoumi, il faut comprendre les 3 lois. Un robot ne peut tuer un humain, oups désolé je viens de revoir I Robot. Donc je disais; les 3 lois à savoir sont :

  • Les ciseaux coupent la feuille
  • La feuille enveloppe la pierre
  • La pierre écrase les ciseaux

Après avoir compris et appris par cœur ces 3 lois vous pouvez défier les plus grands noms de ce monde. Nous rappelons que ce jeu se joue sans aucun contact physique même si la défaite peut s’avérer cruelle et injuste.

Déroulement d’une partie :

Les deux joueurs doivent à haute et intelligible voix dire chaque syllabe du mot chi-fou-mi, le poing fermé, accompagné d’un mouvement du poignet du haut vers le bas. A la prononciation de la troisième syllabe « MI », chaque joueur doit, à l’aide de ses doigts, représenter une des figures du jeu. Ensuite les deux protagonistes vérifient qui l’emporte sur qui. Le premier qui gagne 2 manches remporte la partie.

Précisions qui peuvent avoir leur importance et vous sauver la vie :

La représentation du mouvement doit être franche et claire. Il est nécessaire que les doigts représentent parfaitement la figure choisie. Si l’un des deux joueurs effectue par mégarde une mauvaise représentation, le fair-play veut qu’on lui donne une seconde chance ; mais si l’incident se reproduit, le point va à celui qui n’aura pas failli. Notons également la possibilité de faire appel à un arbitre impartial (donc éviter les parents, frères et sœurs, les ex, les belles mères et les instances comme la FIFA).

Variante :

Nous pouvons évoquer rapidement la variante du puits qui permet de l’emporter à la fois sur la pierre et le ciseau. Mais qui n’est pas toujours gagnant car perdant lorsqu’il est recouvert par la feuille !

2 réflexions au sujet de « Le Chifoumi »

    1. Jean Auteur de l’article

      Oh la boulette! Effectivement, je corrige de suite… Surtout qu’on était plusieurs à relire le texte. Je ne dis pas bravo!
      Merci beaucoup.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *